Comment prévenir un AVC ?

En France, les accidents vasculaires cérébraux en abréviations « AVC » touchent chaque année en moyenne 150 000 personnes. Suite à cette pathologie, certains réussissent temps bien que mal à récupérer, d’autres vivent avec des séquelles plus ou moins lourdes et d’autres décèdent.

En effet, comme cette attaque touche directement le cerveau, elle peut faire des ravages. Et pourtant, pour éviter d’être victime d’un AVC, il existe certains bons gestes à adopter au quotidien

L’AVC en quelques mots

L’AVC est une pathologie provoquée par l’interruption de la circulation sanguine vers où à l’intérieur du cerveau. découvrez comment prevenir un AVC dans les lignes suivantes.

On distingue deux types d’AVC :

  • L’AVC ischémique ou infarctus cérébral (le plus courant) : provient lorsque le vaisseau sanguin est obstrué par un caillot ;
  • L’AVC hémorragique : provient lorsque le vaisseau sanguin est éclaté.

Parmi les signes les plus fréquents d’AVC, il y a la déformation de la bouche (Sourire asymétrique), une faiblesse ressentie d’un seul côté du corps (Bras et jambes) et même des troubles d’élocution..

comment prevenir avc

Il est important de souligner que pour traiter un AVC, il est indispensable d’agir vite. Si vous ou l’un de vos proches ressentez l’un des symptômes énoncés ci-dessus, appelez le 15.

Lorsque le caillot se résorbe de lui même et n’engendre aucune séquelle, on parle là d’un AIT, acronyme « d’accident ischémique transitoire ». Dans ce cas là, cette attaque cérébrale est souvent confondue par un malaise, car l’interprétation de la circulation sanguine est assez courte. Ce qui permet une revascularisation spontanée du cerveau. Toutefois, il est important de prendre en considération un AIT, parce que celui-ci est signe qu’un AVC plus grave risque d’arriver.

Comment prévenir un AVC ?

Pour prévenir un AVC, il est indispensable de diminuer vos facteurs de risques cardiovasculaires. Cela peut passer par un régime alimentaire strict, mais aussi de nombreux autres actions :

  • Avoir une alimentation équilibrée et faible en graisses ;
  • Ne pas fumer ou arrêter de fumer (sevrage tabagique) ;
  • Ne jamais associer tabagisme et contraceptif oral (pour les femmes) ;
  • Évitez les excès de poids ;
  • Pratiquer une activité physique régulière ;
  • Contrôler régulièrement son hypertension artérielle ;
  • Contrôler son diabète et taux de cholestérol.

Vous l’aurez compris, pour prévenir un AVC, il est indispensable d’améliorer votre hygiène de vie. Mais cela peut parfois ne pas suffire.

Votre médecin traitant, lui, joue aussi un rôle clé  dans la prévention d’AVC. Lors de vos consultations, ce praticien pourra faire le point sur vos risques  cardiovasculaires (âge, poids, pression artérielle, cholestérol). Selon ces analyses, ce dernier vous traitera en conséquence.

Avec un bon suivi, votre médecin peut aussi réduire les risques de complications cardiovasculaires pouvant engendrer un AVC (Diabète, trouble du rythme cardiaque et hypertension artérielle). Pensez donc à être suivi régulièrement par un médecin.

Ce qu’il faut retenir

L’AVC est une maladie cérébrale engendrant des séquelles plus ou moins importants sur le plan neurologique et physique.

Toutefois, avec une bonne hygiène de vie, la pratique d’une activité physique au quotidien ainsi qu’un suivi médical régulier, il est possible de prévenir cette pathologie, cause première d’handicap cérébral  et mortalité chez les adultes en France. Les pronostics d’un AVC dépendent notamment de la sévérité de l’attaque.

Comme on dit « Mieux vaut prévenir, que guérir ». Pour éviter le pire, faites de la prévention !

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.